Pulp My Festival

Le festival Lumière, avec la pulpe

Clôture du Festival édition 2013 : Et Lumière fut

Thierry Frémaux, Tim Roth et Quentin Tarantino  (crédits photo : Nicolas Dormont - www.dnicolas.fr)

Thierry Frémaux, Tim Roth et Quentin Tarantino (crédits photo : Nicolas Dormont – http://www.dnicolas.fr)

C’est le défilé à la Halle Tony Garnier même pour la cérémonie de clôture du Festival. Ceux qui étaient déjà là depuis la remise du Prix Lumière reviennent en force. C’est ainsi que l’on retrouve les deux bons amis de Quentin Tarantino, Tim Roth qui, timide, rougit sous les applaudissements, puis rejoint Harvey Keitel et sa petite famille pour une pause photo avant de se diriger vers les places réservées aux invités. Le cinéaste décoré du prix Lumière arrive avec une jeune femme blonde, son accompagnatrice de l’institut Lumière – qu’il finit par prendre par les épaules, rendant la bénévole visiblement très heureuse !

Gérard Collomb, sur scène avec Thierry Frémaux et Bertrand Tavernier, rappelle l’anecdote à propos du prénom du lauréat 2013 : tout le monde s’était moqué de sa prononciation à l’américaine – à quoi Thierry Frémaux, tel un Monsieur Loyal, chauffe la salle en faisant crier aux 4 500 personnes présentes à l’unisson : « Quouentine » [ndlr: Quentin à la sauce américaine] ! On a parlé, crié, murmuré toute la semaine à propos de « l’effet Tarantino », ce n’était pas du pipeau ! Cerise sur le gâteau, Quentin Tarantino serre la main aux 400 bénévoles qui ont envahi la scène. On ne vous a pas menti. Thierry Frémaux traduit les gestes de son ami comme « un dévouement, une générosité présente toute cette semaine » !

Les 400 bénévoles du Festival sur scène (crédits photo : Nicolas Dormont - www.dnicolas.fr)

Les 400 bénévoles du Festival sur scène (crédits photo : Nicolas Dormont – http://www.dnicolas.fr)

Et la semaine n’est pas finie ! Quentin Tarantino reprend le micro pour dire quelques mots « Je suis très heureux d’être entouré des gens avec qui j’ai commencé il y a 20 ans… Ce petit bâtard de Tim Roth (rires, il l’enlace) et Harvey Keitel, qui a été comme un père pour moi. Je suis tellement content qu’il puisse voir ce qu’a accompli son petit.  Je tiens aussi à remercier un très bon ami, Thierry Frémaux, le grand prêtre du cinéma !« .

Le Prix Lumière 2013 est à nouveau très ému. C’est un véritable choc de voir le showman Tarantino avec les larmes aux yeux et des tremblements dans la voix. Il évoque le film de présentation de sa carrière, projeté juste avant son discours : « C’est la deuxième fois que je vois ce film, mais ça me prend vraiment aux tripes… Ce qui m’atteint le plus, c’est quand vous mettez « pour son engagement au sein de l’histoire du cinéma »… » Sa voix se brise. Il reprend : « Ca a été une semaine des plus glorieuses. J’ai été vraiment submergé par votre enthousiasme. » Le showman fait cependant sa réapparition : « Et dans les mots d’Al Jolson : You ain’t seen nothing yet! [Vous n’avez encore rien vu] »

Thierry Frémaux, Tim Roth, Quentin Tarantino, Harvey Keitel et Bertrand Tavernier (crédits photo : Nicolas Dormont - www.dnicolas.fr)

Thierry Frémaux, Tim Roth, Quentin Tarantino, Harvey Keitel et Bertrand Tavernier (crédits photo : Nicolas Dormont – http://www.dnicolas.fr)

Les festivités prendront fin ce soir avec une ultime soirée au village de nuit du Festival. D’ailleurs, Quentin Tarantino, Tim Roth et Harvey Keitel ont eu un petit cadeau bonus à l’issu de cette cérémonie : un Jéroboam de vin de la région. Tarantino laisse exploser sa joie : « Olalalalala, maintenant on se comprend enfin ! Soirée dans ma chambre ce soir ! Apportez votre propre verre ! »

Après les rires retentissant dans la salle, les trois stars se séparent dans les rangs et vont à la rencontre du public. Hystérie générale. On entend des « je l’ai touché ! », des « Quentin! », des cris. Puis c’est le final, la sortie des invités et le levé de rideau pour une projection de Pulp Fiction sans précédent. A la fin du film, Thierry Frémaux explique que Tarantino n’est finalement pas resté pour la projection, l’émotion l’ayant trop gagné. Si à l’ouverture, Quentin Tarantino avait surpris par sa présence inattendue, c’est ici son absence qui donne toute sa force à la fin de la cérémonie. Une clôture humaine et mémorable.

Fleur Burlet et Sarah Cestau

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le octobre 20, 2013 par dans My Festival, Personnalités.
%d blogueurs aiment cette page :