Pulp My Festival

Le festival Lumière, avec la pulpe

Rapprocher Stanley Kubrick de Tim Roth : challenge accepté

Image

Stanley Kubrick

Physiquement, impossible de les rapprocher mais des points communs entre deux de leurs œuvres, il y en a plus qu’on ne le pense. Adaptés de livres pour séduire les salles obscures, Lolita de Stanley Kubrick et The War Zone de Tim Roth étaient au programme de la journée de jeudi.

Une arrivée qui amorce le changement

Les deux films commencent par une naissance. La naissance d’un enfant ou d’un amour. Tim Roth coupe le souffle à toute une salle en mettant en scène un cauchemar sur écran : un accident de voiture d’une mère qui se rendait à l’hôpital pour accoucher. Tandis que Stanley Kubrick installe le récit avec l’arrivée d’Humbert Humbert, professeur de littérature, chez Lolita, de laquelle il tombe immédiatement amoureux.

tim roth

Tim Roth

 Un sujet sombre pour un traitement épatant

Dans The War Zone et Lolita, chaque réalisateur traite de la pédophilie, de la violence accomplie par l’image d’une figure familiale indéboulonnable : le père. La destruction de la famille est annoncée avec la découverte de violences qui ont lieu dans l’ignorance d’une mère aimante et confiante. La mère de Lolita tente de sortir de la solitude après la mort de son premier mari et la mère de Jessie s’occupe de son dernier enfant né lors d’un accident de voiture.

Traiter un même sujet, d’accord, mais avec trente ans de différence entre la sortie des deux films, la distance est non négligeable. Est-ce la présentation des invités qui pousse à la comparaison ?

 Des acteurs inexpérimentés pour incarner l’innocence pure

James B. Harris a introduit Lolita en nous expliquant que, censure oblige, la jeune actrice ne devait pas avoir un air ni trop enfantin ni trop mature. Après des journées de casting, Stanley Kubrick et lui ont trouvé la fille parfaite âgée de … 14 ans ! C’est une information qu’ils ont toujours caché pour ne pas fausser le regard du spectateur sur son jeu d’actrice. Pour laisser le spectateur libre de son interprétation, les deux jeunes acteurs du film The War Zone, la sœur Jessie et le frère Tom, n’avaient jamais tourné au cinéma.

Evidemment, les deux films ne se ressemblent pas toujours. Quand Lolita et Humbert se crient dessus, Jessie et son frère Tom, s’enfoncent dans un mutisme sonore. Quand Jessie exprime son mal être, Lolita aime en retour. Chaque stratégie a ses forces et ses faiblesses. Stanley Kubrick donne de l’importance à l’humour dans son film grâce au personnage de Quilty, qui vole Lolita à son beau père Humbert. Pour Tim Roth, lui-même victime d’abus sexuel, le sujet n’est pas léger malgré la facilité avec laquelle il en parle. L’emphase est différente mais le ton reste juste. C’est sûrement pour ça que l’on peut rapprocher ces deux films d’un réalisme gênant.

Sarah Cestau

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le octobre 18, 2013 par dans My Festival, Séances.
%d blogueurs aiment cette page :