Pulp My Festival

Le festival Lumière, avec la pulpe

Inauguration du Village Lumière par les invités : des petits fours mais surtout de bonnes ondes

Après l’inauguration formelle de vendredi, les festivaliers ont fait place aux invités sous la tente du Village Lumière hier soir. On a vite compris que ce serait davantage « petits fours » que « grands discours ». C’est donc vers nos collègues de Radio Lumière qu’il fallait se tourner pour réellement se mettre quelque chose sous la dent.

Dominique Sanda et Claude Lelouch ouvrent le bal des invités

Dominique Sanda et Claude Lelouch ouvrent le bal des invités

C’est bien lors de cette émission, ouverte au public, que défilent les grands noms du cinéma.
A commencer par Dominique Sanda, à qui le Festival rend hommage cette année. Samedi sera notamment projeté pour la troisième fois Une femme douce, un film de Robert Bresson qui révéla la toute jeune Dominique Sanda, qui débutait alors dans le mannequinat.
Elle est rapidement rejointe à la table des invités, par un Claude Lelouch tout ému de présenter son film Le voyou, aux côtés de Quentin Tarantino, qui l’a choisi au sein de sa « carte blanche ».  

Jean-Michel Jarre rend hommage au travail de son père, Maurice

Jean-Michel Jarre rend hommage au travail de son père, Maurice

Et le bal des invités continue, avec l’arrivée de Jean-Michel Jarre, tout juste sorti de sa masterclass consacrée à la mémoire de son père, Maurice Jarre, très certainement un des événements les plus attendus de ce Festival. En effet, c’est la première fois que le compositeur lyonnais s’exprimait publiquement au sujet de son père, célèbre compositeur de musiques de films (Docteur Jivago en 1965, Le cercle des poètes disparus en 1989 notamment).

Longtemps fâché avec son père, qui s’était exilé aux Etats-Unis après s’être séparé de sa mère, Jean-Michel Jarre affirme « qu’il était important de lui rendre hommage, surtout ici à Lyon ». Le compositeur confesse avoir « longtemps souffert de cette relation » avant de se réconcilier avec lui juste avant sa mort en 2009. Il a ensuite offert au public un témoignage touchant concernant l’oeuvre de son père : « Il a révolutionné la musique de scène, ce qu’il a créé c’est du son 5.1 avant la lettre. Et sans vouloir faire de psychanalyse de comptoir, si j’ai très peu fait de musiques de films c’est que c’était réellement le territoire du père ».

Claude Brasseur, Pascal Elbé et Jeremy Thomas interrogés par les journalistes de Radio Lumière

Claude Brasseur, Pascal Elbé et Jeremy Thomas interrogés par les journalistes de Radio Lumière

Pour clôturer cette ré-inauguration, on assiste à un échange intergénérationnel plaisant entre Pascal Elbé et l’immense Claude Brasseur. A 77 ans et plus de 90 films au compteur, le second est dans une forme exceptionnelle. Taquin, il conclut la discussion avec un « je savais bien qu’il était homosexuel » à Pascal Elbé, qui l’embrassait pour lui dire au revoir. 

Humour et émotion étaient les maîtres mots de cette ré-inauguration du Village du Festival. Depuis la Radio Lumière, les grands noms du cinéma français n’ont envoyé que de bonnes ondes en direction du public qui avait bravé le froid, par amour… et pour les petits fours.

 

Antoine Guerre

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :