Pulp My Festival

Le festival Lumière, avec la pulpe

Buster Keaton retrouvé

Cinq minutes inédites de Malec Forgeron, un film de Buster Keaton, ont été montrées au public aujourd’hui.

BusterKeaton

« Une avant première française, peut-être mondiale » c’est en ces termes que Serge Bromberg a tenu à introduire la projection surprise qui faisait suite à la séance Du samedi au dimanche mercredi matin à l’Institut Lumière. La surprise aurait pu être totale si Serge Bromberg, dans un élan d’excitation, que l’on reconnaît bien aux passionnés de cinéma, n’avait pas diffusé une newsletter la veille faisant état de cette projection. Car il s’agissait de la copie de travail d’un film inconnu de Buster Keaton, ou plutôt, une partie de ce film.

Nous sommes en 1922, Malec Forgeron (the Blacksmith en version originale) obtient beaucoup de succès auprès du public. Alors comment un film aussi connu peut-il renfermer des scènes que personne n’avait jamais vues ?

C’est l’été dernier que Serge Bromberg, cinéaste et directeur artistique, reçoit le coup de téléphone de Fernando Martin Peña (à qui l’on doit, entre autres, 30 minutes inédites de Métropolis de Fritz Lang, trouvées au Musée du Film Pablo Ducros Hicken de Buenos Aires) lui apprenant une grande nouvelle. Dans une copie commandée sur internet de Malec Forgeron, Peña se rend compte que le montage n’est pas le même que celui connu du grand public. Il ne met pas longtemps à se rendre compte que le film comporte au moins cinq minutes qui n’ont probablement jamais été vues. Il s’agit en fait d’une version alternative d’origine Française. Serge Bromberg fait des recherches de son côté et trouve dans les archives de sa société Lobster film (qui s’occupe de chercher et de restaurer des perles du cinéma) une copie 35 mm de ce film. Oui mais voilà, depuis 20 ans, personne n’avait remarqué qu’elle était différente de la copie diffusée à l’époque.

C’est donc aujourd’hui que les équipes du festival ont décidé de rendre accessible cette version. Et c’est toujours un plaisir de voir les gags de Buster Keaton s’enchaîner avec autant du succès. Rien ne paraît démodé tant l’humour de ce film traverse le temps.

A entendre la salle rire aux éclats, on se dit que c’est aussi ça le Festival Lumière : des grands moments de cinéma qui ne dure que quelques minutes…

Laureen Laboret

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le octobre 16, 2013 par dans My Festival, Séances, et est taguée , , , , , .
%d blogueurs aiment cette page :