Pulp My Festival

Le festival Lumière, avec la pulpe

Tarantino, Lumière et Lyon : entretien(s)

Ambiance électrique à la Plateforme, le bar-péniche privatisé par l’Institut Lumière pour le Festival. Quentin Tarantino fume accoudé à une rambarde face au Rhône, seul. Silence sur la terrasse bondée. Et puis le coup d’envoi est lancé : smartphones sont dégainés, phrases lancées à la volée, chacun prenant son courage à deux mains pour aller discuter avec le Prix Lumière 2013, incroyablement courtois et abordable. Pulp My Festival s’est aussi jeté à l’eau, plusieurs fois, avec des résultats variables – mais toujours avec un énorme plaisir. 

Quentin Tarantino en pleine discussion avec des festivaliers à la Plateforme hier soir

Quentin Tarantino en pleine discussion avec des festivaliers à la Plateforme hier soir

Tentative 1 : Quentin est au champagne

Pulp My Festival : Vous êtes déjà venu à Lyon? Vous avez eu le temps de visiter?

Quentin Tarantino : Oui, je suis déjà venu quelques fois. Je me suis baladé ce matin d’ailleurs! Mais je n’ai vu que des rues… et des ponts (rires)

Je vous conseille de monter jusqu’à Fourvière, la vue est imprenable!

Ah, ok! Merci! [il sourit, serre la main de la journaliste et s’éloigne]

 

Tentative 2 : Quentin est encore au champagne

PMF : Quel fim conseilleriez vous d’aller voir au sein de votre sélection?

QT : Je vous conseillerais Jeunesse droguée, c’est le film qui m’a vraiment montré l’importance des dialogues !

 

Tentative 3 : Quentin est au Cuba libre

PMF : De tous les films du Festival Lumière, quels sont vos préférés?

QT : Légitime violence – avec John Flynn, Gun Crazy, Le Spécialiste.

Et j’adore aussi toute la sélection Art of Noir, tout ce qui est film noir [prononcé à l’américaine]. J’ai d’ailleurs passé tout l’après-midi à les visionner à l’Institut.

Du coup vous avez passé la journée à l’intérieur?

QT : Oui! (rires) Mais c’est ce qu’on fait à un festival de cinéma, non? (rires)

Prévoyez-vous de tourner un autre film en France?

QT : Oui! Mais le problème avec la France, c’est que les repas sont juste trop bons, j’ai peur de devenir super gros! (rires)

Donc je disais : Légitime violence, Gun Crazy, Le Spécialiste, et aussi Echec à l’organisation [The Outfit], qui est la suite du Point de non retour [Point Blank, film de 1967] – vous le saviez, ça? [Gustave Shaïmi, cinéphile et journaliste au Mauvais Coton, opine du chef. La journaliste de PMF sourit bêtement] Avec une superbe ouverture, d’ailleurs. Et vous saviez aussi que celui qui a écrit Légitime violence, Paul Schrader, a aussi écrit Taxi Driver?

S’ensuit une longue discussion de cinéphiles – à laquelle la journaliste ne s’est pas senti de participer. Tarantino est impressionnant de connaissances : anecdotes, analyses et références s’enchainent, le tout avec une aisance qui n’a rien d’artificiel. La bonne surprise. Le public, qui s’est formé peu à peu autour des journalistes, est pendu à ses lèvres. Puis, avec un sourire pour chacun, il remercie ses interlocuteurs et s’éloigne vers l’intérieur. Prochain épisode – ce soir?

Fleur Burlet

Advertisements

2 commentaires sur “Tarantino, Lumière et Lyon : entretien(s)

  1. Amandine Reyès
    octobre 15, 2013

    chapeau Fleur ! T’as un chouette parcours 😉

  2. burlet
    octobre 16, 2013

    Beau boulot Fleur !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le octobre 15, 2013 par dans Backstage, PULP, et est taguée , , , , , , , , , .
%d blogueurs aiment cette page :