Pulp My Festival

Le festival Lumière, avec la pulpe

Les Monty Python : l’humour à l’anglaise

Le Flying Circus, le chevalier noir, les paysans anarcho-syndicalistes, le match de foot des philosophes, la sainte grenade, les démarches stupides… autant de références évidentes à la célèbre troupe britannique des Monty Python. Avec un humour anglais aussi absurde que décapant, les Monty Python ont traversé les générations. Les six membres de la troupe, Graham Chapman,  John Cleese, Eric Idle, Michael Palin, Terry Jones et Terry Gilliam se sont connus à l’université et dans des clubs de théâtre. Ensemble, ils vont devenir la troupe emblématique de l’humour anglais.

Image

En 1969, ils fondent leur propre série télévisée. Le Monty Python’s Flying Circus connait sa première diffusion le 5 octobre sur la BBC. Remettant en cause tous les principes des émissions de télé de l’époque, les six amis échappent malgré tout à la censure en présentant des sketchs complètement loufoques et décalés. Entre burlesque et satire, les Monty Python jonglent avec le politiquement correct avec sensibilité et finesse. En 1974, le Flying Circus prend fin après 5 ans de bons et loyaux services.

Mais l’aventure ne fait que commencer pour la joyeuse troupe qui tourne son premier long métrage en 1971, « La première folie des Monty Python », recueil des meilleurs sketchs, réécrits, rejoués et réarrangés, de leur première saison au Flying Circus. Notamment « La blague la plus drôle du monde », sketch articulé autour d’une blague si drôle que quiconque la lit meurt subitement…de rire. Récupérée par l’armée britannique, qui espère en faire une arme, elle est traduite en allemand. Pour éviter de décimer les soldats, chaque traducteur ne peut traduire qu’un mot. Puis l’armée allemande crée sa propre blague. Le sketch se termine sur une décision de la Convention de Genève qui décide de bannir la plaisanterie pour ne plus nuire.

En 1974, c’est le magistral « Monty Python : sacré Graal » qui voit le jour. Financée en partie par Pink Floyd et Led Zeppelin, cette fable burlesque retrace l’épopée absurde d’un roi Arthur peu crédible aux yeux de ses propres sujets, partant à la recherche du Graal. Reprenant les mythes et les fantasmes qui entourent le Saint Graal, mais aussi le cheval de Troie, la chasse aux sorcières et les couvents de jeunes filles, le film est un joyeux capharnaüm. Tourné en Ecosse, en particulier autour du chateau de Doune, unique forteresse visible pendant toute la durée du long métrage, qui servira de décor pour de multiples scènes, le film tire son succès de son style assez proche des sketchs du Flying Circus. Les six membres de la troupe enchainent les rôles, comme Eric Idle qui cumule pas moins de 7 rôles dans ce chef d’œuvre d’humour absurde. L’histoire est racontée sous la forme de multiples épisodes isolés et reliés par la fameuse quête du Graal et ponctuée par les animations surréalistes de Terry Gilliam, directement inspirées par des extraits de gravures de l’époque victorienne. Le manque de moyen et l’absence de chevaux dans l’aventure du roi Arthur conduira les Monty Python à créer l’un des gags les plus drôles de ce road story médiéval : alors que le roi Arthur (joué par Chapman) mime la chevauchée, son écuyer tape ensemble des moitiés de noix de coco afin de reproduire le son des sabots.

Après la pluie de la Grande Bretagne, la troupe décide de tourner son prochain film sous le soleil de Tunisie. « La vie de Brian », satire de la vie du Christ, débute au moment où les rois mages s’apprêtent à venir bénir le petit Jésus qui vient de naitre. Dans la précipitation, ils se trompent d’étable et bénissent Brian Cohen, avant de lui reprendre l’or, l’encens et la myrrhe qu’ils lui ont apportés quand ils comprennent leur méprise. Trente ans s’écoulent et l’on retrouve Brian et sa mère qui passent le temps en assistant aux conférences (comme le Sermon sur la montagne) et aux lapidations. Brian déteste les occupants romains et dans l’amphithéâtre où il travaille en vendant des casse-croûte, il sympathise avec l’association terroriste du Front Du peuple de Judée, dont il devient membre. S’en suit une succession d’aventures pour Brian qui va se retrouver Messie malgré lui.

En 1983, les Monty Python débutent le tournage de leur dernier chef d’oeuvre, Le sens de la vie. Ce dernier opus est certainement le plus fantasque. Dans l’aquarium d’un restaurant huppé, des poissons attendent de se faire pêcher en observant leurs anciens camarades se faire manger. Devant cette cruauté, la poiscaille philosophe sur le sens de la vie, de la naissance à la mort, la guerre, la religion, l’éducation sexuelle, l’épanouissement personnel, le bonheur…. mais comme l’humour décalé et absurde des Monty Python n’est jamais loin, les poissons ne tardent pas à parler de rugby et de dons d’organes. Ce dernier projet de la troupe au grand complet est courroné Grand Prix Spécial du jury au festival de Cannes en 1983.

Cette dernière saveur pythonesque n’empêchera pas la bande de joyeux lurons de faire rire, générations après génération, les amoureux du genre.

Nuit Monthy Python, samedi 19 octobre à la Halle Tony Garnier, avec au programme :
Monty Python : Sacré Graal !  de Terry Gilliam et Terry Jones (Monty Python and the Holy Grail, 1975, 1h30)
La Vie de Brian  de Terry Jones (Life of Brian, 1979, 1h34)
Monty Python, le sens de la vie  de Terry Gilliam et Terry Jones (The Meaning of Life, 1983, 1h46)
La Première folie des Monty Python/Pataquesse  d’Ian MacNaughton (And Now for Something Completely Different, 1971, 1h33)
Et toute la nuit: des extraits, des épisodes de Flying Circus, des surprises pythonesques !

Maude Jonvaux

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le octobre 15, 2013 par dans My Festival, Personnalités, et est taguée , .
%d blogueurs aiment cette page :