Pulp My Festival

Le festival Lumière, avec la pulpe

Le maître de l’animation japonaise tire sa révérence

Univers onirique, hymne à la nature ou encore mise en scène de la guerre et de ses dégâts, les longs métrages de Hayao Miyazaki sont entrés dans la légende. Cette année marque la retraite du maître japonais de l’animation avec la sortie de sa dernière œuvre : Le vent se lève… il faut cesser de vivre. 

La nouvelle est tombée le 1er septembre : Koji Hoshino, président du Studio Ghibli, a annoncé la retraite de Hayao Miyazaki lors de la Mostra de Venise où son dernier film, Kaze Tachinu (Le vent se lève), était en compétition pour le Lion d’or. Le réalisateura confirmé l’information lors d’une conférence de presse donnée à Tokyo une semaine plus tard devant plus de 600 journalistes. « Je voudrais œuvrer au moins dix ans de plus, mais je pense que faire des longs métrages n’est plus mon travail », a expliqué le septuagénaire. «Je vais être libre. Toutefois, tant que je pourrai prendre ma voiture pour aller au studio, j’irai. Ce que je voudrai faire, je le ferai ».

 

 

Une carrière d’exception

Miyazaki a très tôt développé son intérêt pour les bandes dessinées. S’il suit des cours d’économie à l’université de Tokyo et rédige une thèse sur l’industrie japonaise, cela ne l’empêche pas de profiter de son temps libre pour perfectionner son coup de crayon. Très vite il est remarqué par le studio d’animation Toei, une référence à l’époque. En 1963, il y entre en tant qu’intervalliste (technicien fournissant les images intermédiaires pour compléter les 25 images par secondeet travaille aux côtés d’Yasuo Otsuka et Isao Takahata au premier long métrage de ce dernier : Les Aventures de Hols, prince du soleil (1968). En 1971, il quitte le studio avec Takahata et signe quelques courts métrages chez A production.

Il faut attendre 1979 pour voir le premier long métrage de Miyazaki en tant que réalisateur, Le château Cagliostro,permis par un changement de studio. En 1984, l’homme porte à l’écran sa propre bande dessinée, Nausicaä de la vallée du vent. Cela lui permet de co-fonder le studio Ghibli avec Takahata, en 1985. Les films d’animation s’enchainent : Le château dans le ciel,Mon voisin Totoro, dont le personnage devient la mascotte du studio, ou encore Princesse Mononoké. En 2001, le mangaka connaît la consécration avec Le Voyage de Chihiro qui lui vaut une reconnaissance internationale puisqu’il remporte l’Ours d’or au Festival de Berlin en 2002 ainsi que l’Oscar du meilleur film d’animation en 2003.

 

« Un vieillard qui sue au fond de son atelier»

miyazakiLes œuvres de Miyazaki sont inspirées par sa vie, son enfance, sa famille contrainte de fuir Tokyo, sa ville natale, sous les bombardements de l’armée américaine durant la seconde guerre mondiale. Mais aussi par son père, Katsuji Miyazaki, directeur d’une entreprise en aéronautique qui produisait les gouvernes des avions de chasse japonais, les « Zéro ». L’homme, qui préfère être vu « comme un vieillard qui sue au fond de son atelier» et non comme un intellectuel, s’inspire également d’œuvres littéraires  et d’auteurs comme Antoine de Saint-Exupéry, Jean Giraud ou  Lewis Carroll, mais aussi de contes et de mythes.

Empreinte de machinerie, de guerre, de magie et de nature, ses films véhiculent des valeurs écologiques, bouddhistes et pacifistes. Le shintoïsme, religion originelle du Japon, fondée sur l’animisme et le polythéisme, est aussi présent dans son œuvre. Souvent, le maître de l’animation met en scènes des héroïnes, filles ou adolescentes qui évoluent dans un monde complexe bien loin des univers manichéens, basculant dans l’onirisme et le merveilleux. Sa technique, consiste à utiliser l’animation traditionnelle : à la main, avec pinceaux, peinture et encre, sans pour autant renier l’ordinateur pour produire certains effets.

Son onzième long métrage, Kaze Tachinu, sorti fin juillet au Japon, s’inspire de l’autobiographie de Jiro Horikoshi, ingénieur japonais et concepteur de l’avion de chasse Mitsubishi « Zéro », porte-étendard de l’armée de l’air japonaise durant la seconde guerre mondiale. Sa sortie est programmée le 15 janvier 2014 en France. Pour les plus pressés, le film sera projeté en avant-première lors du festival Lumière à Lyon. Malheureusement, Hayao Miyazaki ne sera sur place afin de présenter son film, contrairement aux rumeurs. Mais l’esprit du réalisateur plane tout de même sur la programmation par la projection de trois de ses oeuvres, Mon voisin Totoro, Le tombeau des Lucioles d’Isao Takahata et Princesse Mononoké, en hommage aux 25 ans du studio Ghibli.

Sa vie en quelques dates

5 janvier 1941 : Naissance de Hayao Miyazaki à Tokyo.

1979 : Premier film en tant que réalisateur, Le Château de Cagliostro. 

1985 : Fondation du studio Ghibli.

1996 : Un accord entre Disney et Studio Ghibli forme le groupe Disney-Tokuma, chargé de distribuer tous les longs-métrages Ghibli (hors DVD) dans le monde.

1999 :Princesse Mononoké lui offre la reconnaissance occidentale.

2001 : Sortie du Voyage de Chihiro. Avec 23 millions d’entrées, il obtient une reconnaissance internationale.

2005 : Miyazaki est distingué par un Lion d’or pour l’ensemble de sa carrière cinématographique à la Mostra de Venise.

2006 : Il reçoit les honneurs du magazine Time qui le place comme l’une des personnalités asiatiques les plus influentes des 60 dernières années.

Marion Riegert

Advertisements

Un commentaire sur “Le maître de l’animation japonaise tire sa révérence

  1. Tourdeplumes
    octobre 11, 2013

    Les films de Miyazaki sont d’une force ! Une esthétique incroyable confinant à l’onirique, alliée à des scénarios toujours profonds et teintés de symbolisme pour des personnages attachants. Mention spéciale pour le Château ambulant.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le octobre 10, 2013 par dans My Festival, Personnalités, et est taguée , , , , , , , .
%d blogueurs aiment cette page :